Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

7 inscrits dont 1 malade et 1 étourdi, donc 5 participants : Nicholas, Corentin, Alain, François M., Eric.
encadrant : François WEISS

Suite aux récentes chutes de neige, le bulletin météo annonce un risque 4 pour ce dimanche 22 janvier ; faut-il rester sur son canapé ? pas forcément ;
mais il faut rechercher des sites où l’on peut skier uniquement sur des pentes inférieures à 30°, et dans cette situation de fort vent ne pas skier sur les versants où la neige a été déposée en plaques friables.

Un tracé préparé sur le site du pic d’Estibat correspond à ces critères d’autant plus que celui-ci n’est qu’à 1h15 de voiture de Toulouse.

La montée au col de Port avec les pneus adaptés n’a pas posé de problème, d’autant que nous avons suivi le chasse-neige sur une bonne partie de la route :

Image1.jpg

Chaussage des skis à l’altitude 1130 m, deux lacets avant le col :

image2.jpg 

Vérification du fonctionnement des DVA et montée jusqu’à 1250 m, direction ouest en fond de vallon sur la pente orientée nord-est :

image3.jpg

Nous sommes à l’abri du vent pour chauffer les muscles engourdis par le froid et rejoindre la lisière de la forêt près du col.

Depuis le col, montée direction sud, en lisière de forêt, toujours protégés du vent d’ouest :

image4.jpg 

A l’altitude 1610 m, on s’équipe en mode « explorateur polaire » pour franchir sous un vent de 60 km/h les 50 derniers mètres qui nous mènent au sommet du pic (1663 m).
Dénivelé total de ces premières montées effectuées à un rythme raisonnable et très régulier : 550 m environ.

La descente est prévue en pente sud du pic d’Estibat, mais un participant chute et conserve des douleurs à l’épaule.
Le projet est modifié et la descente se fera sur les traces de montée direction nord, vers le col de Port.
Les petites clairières qui plongent dans la forêt sont un régal tant la neige y est légère :

image5.jpg

Après la pause repas au col de Port, notre blessé à l’épaule se sent en forme et nous décidons de refaire une montée toujours en bordure de forêt ;
chacun des participants prendra la tête du groupe pour y « faire sa trace » et c’est à un rythme de 400 à 450 m/h que nous nous retrouvons à l’altitude 1610 m.
C’est à l’abri du vent, derrière le dernier sapin que s’effectuera la mise en conditions descente.

La descente est toujours agréable en lisière de forêt, puis nous retournons aux voitures par le vallon en pente nord-est,
où nous trouvons quelques belles portions en neige exceptionnellement souple :

image6.jpg

Au déchaussage, l’altimètre GPS indique un dénivelé total de 1007 m de D+ ;
chacun revient satisfait de cette escapade en basse altitude et si proche de Toulouse.

Résumé des conditions de neige :
- sur les parties soumises au vent : croûtée, parfois glacée, avec une épaisseur variable qui rend la descente en ski difficile ;
- sur les parties à l’abri du vent (forêt ou bordure de forêt) : neige poudreuse en surface, avec une sous-couche épaisse, mais peu dure qui peut surprendre le skieur inattentif.

François WEISS