Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Comment concillier sortie en montagne et préparation de réveillon.

Bref, prolonger le plaisir du matin au soir et même au-delà de la nuit...

Tout d'abord, il faut que le réveillon se déroule en montagne sinon c'est vraiment trop compliqué.

Ensuite, il faut partir de bonne heure et choisir une sortie efficace avec peu de marche d'approche, peu de portage et de la prise de dénivelé très rapide.

Enfin, il faut une équipe motivée par le réveillon bien sûr mais aussi par la sortie elle-même.

Nous étions donc une bonne dizaine à courir les pentes espagnoles du pic des Marioules ce vendredi 31 décembre 2021.

La météo était au beau fixe et le vent nul. La distance de portage entre la voiture et le front de neige était de 15 m et le dénivelé total de 1 000 m environ.

En face sud, fin décembre, il y avait bien sûr encore de la neige sur les chemins mais parfois, il nous fallait déchausser pour de  petites portions de sentier mise à nu. 

 

Les vaches s'y sont réfugiées pour éviter l'orage et l'éclair

Après une heure de montée bucolique dans la forêt, très belle au demeurant, nous arrivons à une petite cabane perdu au milieu de la pente, au début des alpages.

Je l'ai connu très accueillante, propice à une nuit d'amoureux en face des étoiles mais, au cours de l'été, certains ont dû laisser la porte ouverte.

Les vaches s'y sont réfugiées pour éviter l'orage et l'éclair et malheureusement il y a désormais une belle couche de purin à l'intérieur qui la rend impropre à tout séjour romantique.

La pause casse-croûte étant consommée, nous repartons à fière allure vers le sommet du pic de Marioules qui s'élève quand même à 2586.

Il fait chaud, très chaud, mais comme le gel a été assez fort pendant la nuit, la neige reste bien ferme.

 

Même à Noël, il faut embarquer une casquette

Même à Noël, il faut embarquer une casquette et beaucoup de crème solaire pour éviter les brûlures sur la nuque et sur les bras dénudés par la chaleur.

Nous progressons ainsi sans trop nous arrêter jusqu'à un petit Col juste en dessous du pic de Marioule où nous laissons les skis sauf Mattias qui veut pousser un peu plus haut la trace.

Nous nous retrouvons ensuite tous au sommet pour célébrer cette prochaine nouvelle année que nous espérons bien sûr meilleure que 2021 et même 2020… On peut toujours rêver.

Après un traditionnel tour d'horizon où nous égrenons le nom des sommets et des altitudes, nous entamons cette descente que nous espérons rapide, voire supersonique pour certains.

En effet, la petite portion de crête est vite avallée, nos chaussons les skis.

La neige est restée compacte, très légèrement fondante sur les premiers centimetres, et la pente est parfaitement lisse.

 

Les grands virages en décaillée, ça vaut bien la godille en poudre !

Nous disposons ainsi depuis de plus de 500 m de dénivelé totalement uniforme pour lâcher les chevaux et se laisser embarquer par les lois de la gravitation et des forces centrifuges et centripèdes.

Croyez-moi, les grands virages en décaillé, ça vaut bien la godille en poudre ! Il faut juste ne pas aller trop vite... pour ne pas s'envoyer en l'air !

La vitesse est grisante et seules les cuisses chauffées à blanc nous rappellent que pour garder une petite marge de sécurité, il faut savoir s'arrêter pour respirer.... et repartir de plus belle... et plus vite encore.

Bien sûr, il ne faut croiser personne ni aucun obstacle car toute rencontre pourrait s'avérer fracassante....

Plus on va vite, plus on ressent l'écrasement dans les virages et l'ancrage des carres dans cette neige ferme et régulière.

Pour gagner en stabilité et s'autoriser un peu plus de vitesse, il ne faut pas hésiter à écarter les skis et les bras qui parfois frolent la neige....

En trois" runs" nous sommes en bas et avons avallé les 500 m de déniv.

Le reveillon ne serait pas au menu, nous serions sûrement remonté mais il faut savoir gouter son plaisir et penser à la fête...

Bref, une bien belle journée que nous garderons longtemps en mémoire.

Merci à Mathias, Renaud, Sandrine, Gilles, Pierre, Valérie, Jean-Charles, Claudine, Loréna, Kriss, Isabelle, Mireille, Alain

 

Le film retraçant cette sortie singulière (5 mn) : 

 

 Les photos : https://www.clubalpintoulouse.fr/photos-des-dernieres-sorties/skialpinisme2/marioules?i=IMG_4990