Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Jeudi 1er décembre, une foule de skieurs motivés envahit les locaux du Club Alpin Français de Toulouse. Il est tombé de 40 à 60cm de neige lundi et mardi et le temps froid s'est maintenu le reste de la semaine, présageant de belles descentes dans les pentes peu exposées au soleil.

16 skieurs et 2 encadrants prennent donc la route de La Mongie samedi matin, après un rdv qui près de Toulouse centre, qui près de la Cité de l'Espace, qui à la gare de Portet selon l'endroit où habitent les pratiquants (l'une vient d'Albi, d'autres habitent le centre et ne sont pas véhiculés, d'autre encore habitent le sud de Toulouse) : peu importe, tout le monde se retrouve sur le parking de La Mongie, avec un temps couvert et quelques flocons et de l'enthousiasme. Les encadrants se veulent rassurants : les éclaircies ne vont pas tarder !

Le groupe est scindée en deux : un groupe de 7 initiés, dont certains ont fait leurs dernières sorties débutant l'an dernier part avec François, tandis que je prends en charge un groupe de 9 initiés, dont certains ne me sont pas inconnus. Quelques autonomes sont là pour leur première sortie de reprise de contact avec la neige.

Une vérification des DVA en bas de pente et nous progressons dans Coume Lounque. C'est l'occasion d'un rappel sur les conversions avec mise en pratique quelques instants après sur une pente localement plus raide. Quelques morceaux de ciel bleu apparaissent par-ci par là et nous gagnons le col pour une première descente dans Coume L'Ayse. La neige y est encore bonne et nous avons l'occasion de voir un isard patauger un peu plus haut en coupant une pente de neige sous la crête. Nous repeautons au soleil avant le bas et remontons vers le col. Nous croisons François et son groupe qui semblent également ravis de leur descente, puis continuons notre ascension jusqu'à un replat où je propose une pause casse-croûte au soleil. Il fait chaud en montée mais on se refroidit vite immobiles. Des nuages passent : pourrons-nous accèder au pic de Tourmalet ? Nous ferons le point météo + qualité de la neige en passant la crête.

Une grande éclaircie et de la neige visiblement peu transformée, pas de signe de plaque ou de risque de coulée, un risque BERA à 2 nous permettent de nous engagner sur la pente sommitale où après avoir rapidement admiré le panorama, nous repeautons vite fait dans un léger vent froid. La neige est très bonne, certains passent sur la droite pour éviter des pentes trop raides, deux skieurs me suivent dans un petit couloir à la sortie du quel la neige est tout simplement excellente. Les sourires sont sur tous les visages. La descente continue jusqu'à un replat dans la coume de Sencours, puis nous repeautons pour regagner coume Lounque.

Une fixation gelée est remise en état de marche avec un peu de thé chaud, mais des peaux à la colle peut-être un peu flaibarde ne veulent plus adhérer par ce froid. Heureusement le dénivelé est faible et le skieur devenu piéton se voit délesté de sac et skis par mes soins pour regagner le reste du groupe sans encombre.

Le reste de la descente se fait avec précaution car la neige est durcie sur les versans sud et vers le bas de la station. Moyennant quelques poussées sur les bâtons, on évite des secteurs amplement skiés (trafolés) puis regelés pour faciliter le ski dans une neige qui reste convenable sur des expositions Est.

Une boisson au café en face du parking permet d'échanger nos impressions et de passer un moment sympatique.