Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Voici deux compte-rendus de notre we ski de rando. 

------CR de Jérôme:

Col d’Oncet… On sait rien du tout oui !

 

Un temps ensoleillé en perspective, la neige molle mais encore bien là, un groupe motivé comme jamais vu la rapidité d’inscription et un projet pas trop compliqué clairement défini… bref aucun doute sur la première journée prévue pour ce week-end !

Dans la réalité, que nenni ! ça commence gentiment par quelques gouttes de pluie sur l’autoroute et plus on monte vers Tournaboup moins on y voit… Grosse purée de pois avec une visibilité réduite à 20 m ! Matthias aux commandes de la voiture de tête et au passage encadrant du week-end, décide alors de poursuivre vers Super Barèges ! Bien lui en a pris car d’une part la route est parfaitement dégagée et de deux nous arrivons à croire pendant quelques instants que nous échapperons de ce brouillard pour la journée ! 

Présentation faite, mise en situation recherche DVA, itinéraire de la journée détaillé et nous voilà de nouveau dans le brouillard ! En route mauvaise troupe ! ça part fort avec un Guillaume tonitruant qui semble tout décidé à passer au-dessus des nuages !!! Après une bonne heure et quelques grosses gouttes de sueur, on y voit le bout ! C’est fou comment le brouillard peut s’apparenter à un hammam, je n’aurais jamais pensé retrouver ce genre de sensation en montagne…

Visibilité retrouvée, esprits plus qu’éclairés par la beauté des lieux…Personne ne garde sa langue dans la poche pour s’émerveiller devant les sommets et imaginer un nouveau tracé ! Bonida, Aoube, Oncet et inconnu au bataillon … le Pic du Midi de Bigorre, vous connaissez ? Le seigneur du quartier est en effet bien là,  face à nous, posé majestueusement et nous invite à le défier !!! L’encadrant en chef reprend les commandes et nous propose de continuer l’itinéraire prévu tout en se fermant aucune porte ! 

Quelques minutes plus tard, nous arrivons à quelques encablures du lac d’Oncet, maintenant il va falloir choisir ! Après étude des risques, concertation auprès de chaque personne du groupe, le choix est fait ! C’est aujourd’hui samedi 27 mars que nous allons gravir le Pic du Midi par sa face Sud-Ouest !

Laia, notre unique représentante de la gente féminine décide raisonnablement de nous attendre au baraquement du col de Sencours suite à une douleur soudaine au pied. Nous entamons alors la montée entre cou « … » chacun à notre rythme ! 

Quel enchantement arrivé au sommet ! Tout le monde est heureux d’avoir gravi ce Pic ! Chacun prend sa dose d’onde Hertzienne et une fois que tout le monde a son compte, nous décidons de rejoindre Laia ! La descente est bonne mais les requins ne sont pas loin au début ! 

Arrivé au-dessus du lac d’Oncet, nous saisissons un moment magique ! Un joyeux skieur de randonnée, nullement apeuré par l’épaisseur de la glace sur la flaque profonde se lance dans un dessin interdit au moins de 18 mais combien drôle quand on est encore un peu gamin dans sa tête, je laisse votre imagination faire le reste ! Plus ou moins choqué par cette trace laissée dans la montagne, nous finissons notre descente dans la bonne soupe de printemps ! Tout le monde semble content et nous nous mettons en route vers Gavarnie où le Gypaète saura nous recevoir comme il se doit…

 

 

 

 

Changement d’heure pas de changement de programme !

 

Les débats de la veille ont été animés sur l’heure du réveil ! Partir de nuit ça pique quand on y pense mais ce n’est qu’une appréhension en réalité une fois qu’on a les skis aux pieds ! Pourquoi partir si tôt ?! Le programme de la journée est aussi chargé que le périphérique qui risque de nous accueillir le soir même à Toulouse ! Au menu pour le repas dominical ce sera Taillon accompagné de sa Brèche de Roland ! Et ce coup-ci tout le monde est d’accord, la destination finale semble convoitée par tout le monde !

6H45, frontales allumées, peaux accrochées, ça décolle de la plateforme des Espécières ! Nous arrivons à bonne allure au col de Tentes où la nature veut nous récompenser de notre ponctualité par un joli lever de soleil  à travers le cirque! Un choix s’impose comme souvent dans notre discipline, quel est le meilleur itinéraire pour poursuivre ! Le choix de la raison l’emporte avec le passage par le Port de Boucharo ! 

Nous avançons tranquillement à flanc du projet de la journée qui nous impressionne par sa face Nord abrupte. Les conversions s’enchainent à proximité du col des Sarradets. Nous sommes récompensés de nos efforts en arrivant au pied du refuge homonyme lorsque nous découvrons la célèbre brèche de Roland ! C’est vrai qu’elle en impose, de loin comme de près !!! D’ailleurs de près on ne fait pas les malins avec les belles stalactites plein Sud qui ne souhaitent qu’une chose, embrocher un infortuné !

Nous contournons ce piège et entamons notre montée finale vers l’objectif du week-end ! On sent bien qu’on est en Espagne, il fait chaud et les moteurs commencent à suffoquer ! Chacun adapte son rythme à ses capacités de ventilation et nous atteignons le sommet à 12H pour les premiers ! Nous apparaissons comme la première cordée de la journée, qui sera bien complété au cours de ce dimanche avec l’affluence de personne qui nous suit !! Une petite pause déjeuner s’impose là-haut tellement la vue est belle et les conditions clémentes, zéro vent et une température plus que positive…

Les peaux rangées, nous attaquons la descente bien méritée ! Le passage de la Brèche nous assure de nouveau un bon petit coup de chaud, ah l’Espagne n’allait pas nous dire au revoir comme ça !!! Nous basculons vers le refuge de Sarradets où nous découvrons des compères bien familiers, 3 raidistes engagés pendant une semaine pour une traversée des Pyrénées ! Pour pas les nommer, un certain Galabrun, Cournet et Serraz !!! 

Après cette rencontre le choix est compliqué, continuons-nous notre descente jusqu’à la cabane des soldats ou reprenons-nous l’itinéraire de montée ? La raison l’emporte sur la folie et nous allons de nouveau faire coucou au Port de Boucharo ! Le col des Tentes suit dans la foulée et vlà t’y pas que trois loulous non sevrés décident d’enchainer par le Pic de Tentes en visuel ! La descente finale vers la station ravit les derniers assoiffés de dénivelés… Négatifs et nous voilà tous aux voitures à 15H15 !

Le week-end est bouclé et même pas les bouchons du retour nous feront regretter ces chouettes moments passés ensemble ! Merci Matthias pour l’encadrement des deux jours, à la fois souple et juste quand il le faut !

Ont essayé de participer : malheureusement beaucoup trop ! Promis on a laissé de la neige et désolé d’avoir réquisitionné les places !

Ont participé : Laia, Guillaume, Loïc, Grégoire, Denis, Gaëtan, Jérôme et Matthias !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

------CR de Loïc:

Pic du Midi de Bigorre, Taillon, Pic des Tentes : trilogie sous le soleil exactement

 

Trois points précis sur une carte IGN
Sous le soleil exactement
Pas à côté, pas n'importe où
Sous le soleil, sous le soleil
Exactement, juste en dessous. 

 

1er jour :1er point précis : Pic du Midi de Bigorre (2872 m)

 

Le soleil n’était pas au rendez lorsque nous sommes arrivés au parking de Super-Barèges. C’était plutôt couvert et nuageux.Parfois il faut savoir l’attendre un peu. Parfois il faut aussi faire preuve d’intuition. Nous étions partis pour faire le col d’Oncet (2544m). L’intuition nous a conduit jusqu’ au sommet du Pic du Midi de Bigorre en arrivant skis aux pieds. Extra ball !

Départ 10h38.

De Super-Barèges (1730 m), on remonte la piste du téléski de Toue. Elle est encore enneigée. On passe un 1er Goulet un peu raide qui débouche à 2155 m. De là, on aperçoit, main gauche, le col de la Bonida et des traces qui remontent jusqu’au col. Ensuite on continue à monter toujours direction Nord, Nord-Est, on passe sur la rive gauche du ruisseau d'Oncet puis on arrive au pied du Lac d’Oncet. 

On aperçoit sur la gauche le col d’Oncet (2544m) et en face le Pic du Midi. Si beau, si proche, il semble nous appeler.

Le col d’Oncet est verrouillé par une corniche, grosse et quasiment infranchissable. D’ailleurs la trace que l’on aperçoit et qui monte au col est obligée de contourner par la droite la corniche dans une pente bien raide.

C’est décidé on abandonne le col d’Oncet pour tenter le Pic du Midi. Tous les voyants sont au vert : le soleil est là, exactement, juste en dessous , le BRA est plutôt encourageant, la neige n’est pas verglacée et tient bien sous le ski. De plus, il n’y a quasiment personne dans le secteur.

Du lac d’Oncet (2240m) on s’élève à flanc pour rejoindre l'ancienne route au-dessus. On la suit jusqu'au col de Sencours (2378 m) où l’on trouve des ruines. Du col par une pente bien raide et tracée on rejoint l'hôtellerie des Laquets (2620 m). Puis on suit une direction nord -est. Le point de mire étant l’observatoire et notamment le pylône des télécommunications. On a mis les couteaux depuis le col et les skis tiennent bien sur la neige. Par moment la pente est assez raide (passage à 40°). On est au sommet à 13h45. Yes !

De là haut c’est impressionnant ! L’observatoire, immense vaisseau, semble flotter au milieu d’une mer de nuages. Tout semble figé par le vent et le froid. Les antennes, les coupoles, les bâtiments tout est recouvert par la neige. 

On est tout seul là haut. Personne d’autre. Le Pic du Midi livre toute sa magie. Ce n’est pas pour rien qu’il a été classé en 2003 site naturel national au titre de la beauté de son paysage !

La lumière y est particulière. L’air est pur. Le bleu glacial, métallique presque irréel et puis cette mer de nuages comme un tapis blanc déroulé au pied du seigneur dressé.

 

Le visage est balayé par le vent. Il est temps d’enfiler un petit coupe-vent.

Quasiment une heure à contempler tous ces sommets. Vient ensuite le temps de la descente, évidente, par le même itinéraire qu’à l’aller. En faisant bien attention cela passe partout sans déchausser. La neige ramollie par le soleil est agréable.

1150 m de D- à skier qui se transforme en pur bonheur.

 

Retour au Gîte Le Gyapte à Gavarnie . La chaleur du poêle à bois est accueillante. Elle permet de tout faire sécher rapidement. Le patron, montagnard, est sympa. Le Gîte est un repaire de cafistes toulousains.

Notre-dame-des-neiges, statue fixée sur un piton rocheux, veille sur nous. La nuit sera courte

 

2ème jour : 2 points précis : Le Taillon (3144 m) et le Pic des Tentes (2322 m)

 

Lever à 5h30. Quand on arrive au parking de la station de Gavarnie les Espécières, il fait nuit. Mais la lune ronde et pleine nous montre le chemin. On allume nos frontales. On commence à skier à 6h46. Il fait frais ( –2° C) et il y a un peu de vent. Les skis fusent sur la neige dure. Personne devant nous. Bien vite les premières lueurs du jour illuminent la pointe Bazzillac et le Taillon que l’on aperçoit déjà depuis les pistes. La neige se teinte en rose. S’en suit une longue montée au col des Tentes , puis une longue traversée quasiment à plat jusqu’au port de Boucharo (2270 m).

Du port en route vers la cuvette sous le col des Sarradets. On aperçoit sur la droite le glacier des Gabiétous qui permet un accès direct au Pic du Taillon. La neige se teinte en bleu. La remontée de la cuvette se fait par des pentes fortes à moyenne mais ne pose aucune difficulté. On rejoint le col des Sarradets (2589 m) sous le soleil. Puis après une traversée de 200 m quasiment à l’horizontale on rejoint le refuge des Sarradets (2587 m). On rencontre un couple qui a dormi sous tente au pied du refuge. Le refuge dont les travaux ont commencé il y a 5 ans est toujours fermé y compris sa partie hivernale. Pas d’eau non plus. Du refuge il suffit de viser la Brèche de Roland. Le chemin ,évident, est tracé. La neige est légèrement dure mais pas de glace. Seuls les 10 derniers mètres sous la brèche , glacés, nous obligent à déchausser et à finir à pieds sans crampon. Nous voici sous la brèche (2807 m). Nous y arrêtons nos pas. Là encore le paysage est grandiose. On plonge dans un monde très lumineux. Une lumière aveuglante et tout au fond, au loin, toutes les nuances du bleu de l’Espagne. On est pris entre deux dimensions, d’une part, la verticalité de la paroi de la brèche , d’autre part, l’horizontalité et l’infini des sierras espagnoles. Et puis aussi ce monde étrange avec ces rochers gris et rouges qui emmargent de la masse neigeuse.

D’immense stalactites de glace tombent par moment de la muraille de Roland. De la brèche il suffit de partir à droite sous les falaises sans quasiment perdre de niveau puis de descendre et rejoindre une cuvette. C’est un four solaire. La réverbération est intense et il faut puiser dans son mental pour trouver les dernières forces. On laisse les barres rocheuses et le chemin d’été pour contourner le Taillon par son flanc ouest, on rejoint la crête ouest puis en suivant la crête on gagne le sommet (3144 m)

L’arrivée au sommet se fait skis aux pieds et sans couteau. C’est sous le soleil exactement et pas un brin de vent. Pique-nique au sommet. : what else ! 

La vue est immense : le Mont Perdu (3353 m) et sa virgule enneigée semble tout proche. Le canyon d’Ordesa semble si profond, sombre, une abîme insondable , le Vignemale (grand et petit) est méconnaissable. On voit bien la Grande Fache , et bien sûr le pic du midi de Bigorre. On aperçoit également la grotte glacée dont l’entrée est obstruée par la neige.

Le retour se fait par le même itinéraire.

Du col des tentes (2208) on se laisse tenter par un dernier baroud d’honneur, le Pic des Tentes (2322 m) ; il est si près. Ensuite du sommet, il suffit de plonger par les pistes du télésiège du Pic des Tentes.

On est de retour à la voiture après 8h20 de randonnée à skis.

 

Quelques chiffres :

J1 : 1160 m D+ et 10,8 km de distance

J2 : 1550 m D+et 20,8 km de distance

Total 2 jours : 2710 m D+ et 31 , 6 km de distance.

 

Une grande aventure à skis et une grande aventure collective.

Merci à Matthias et au groupe.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci à eux pour ces compte-rendus

Il y a aussi des photos, elles sont ici, avec en supplément le topo minuté du taillon:

https://drive.google.com/drive/folders/1j1sEtuVCY67YeM4skz-0kkKipq_32ANG?usp=sharing