Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

8h 53 je reçois un message des participants à la sortie de ski de randonnée.

Ils sont tous là ou presque alors que nous avions rendez-vous à 9h30.

Pas de panique, Philippe est rapidement sur place pour donner les premières consignes et rappeler le contenu du Bulletin d'Estimation du Risque d'Avalanche plus communément appelé BERA ou BRA comme j'ai pu le lire et l'entendre.

( mais dans ce cas on occulte totalement « Estimation ») Merci les webséries de la FFCAM.

Nous arrivons peu de temps après, suivis de Guillaume.

Les présentations sont faites, les skis sont réglés et tous sont prêts à en découdre avec cette belle chute de neige inespérée.

Les crampons resteront dans le coffre des voitures car il est bien tombé 30 à 40 cm de fraîche.

Philippe part avec Michelle, Xavier, Alexandre et Revaz tandis que François accompagnera Julie, Marine, Carine et Antoine. Je reste avec 5 solides gaillards :Valentin, Guillaume, Sylvain, Fred et Bernard.

Le beau temps a disparu et le brouillard s'est installé.

La sortie est de niveau Débutant vers Initié, ils vont donc faire une partie de la trace à tour de rôle jusqu'à l'arrivée du télésiège du Pic de Piau. D'un commun accord, faire la trace n'est pas de tout repos, mais chacun joue le jeu et c'est ce qui compte.

Nous arrivons au télésiège du Pic de Piau ; nous n'irons pas plus haut car la crête a été soufflée et surtout la descente qui s'offre à nous sera magique.

Je rappelle les consignes et encourage les moins téméraires à parapher cette belle page blanche.

C'est quelques fois laborieux, mais tous ont le mérite de s'élancer dans la pente même si pour certains c'est une première. Seulement c'est fatiguant de brasser, les cuisses chauffent et les muscles tétanisent. Philippe qui ouvre, ménage des zones de regroupement et de repos.

Nous avons fait plus de la moitié de la descente, je reste derrière en compagnie de Revaz et de Bernard . Sur le plat , je me laisse glisser tout en regardant derrière moi lorsque subitement je me retrouve bloquée par un amas de neige. A peine le temps de comprendre, en chutant, j'entends deux bruits bizarres dans mon genou gauche.

J'ai du mal à me dégager, mais Philippe, François et Xavier sont déjà là pour m'aider à me relever. Je ne ressens rien de bien particulier si ce n'est une petite instabilité qui ne m'empêche pas de reprendre la descente.

Il est 14h passée; nous avons fait 650 m de dénivelé et une demi-descente depuis ce matin. Il est tard ; donc tous ne remonteront pas. D'ailleurs, plusieurs n'en n'ont pas envie et je crains la descente pour d'autres car maintenant la neige commence à transformer.

Une personne non concernée, s'oppose à ma décision malgré mon explication.

Mon amabilité, soit disant légendaire, disparaît tout à coup ; je dois m'imposer pour la sécurité du groupe et de chaque participant.Elle insiste; elle n'a peut-être pas entendu parler des pièges de l'inconscient !

L'incident est clos, Philippe repart pour une deuxième ascension avec un petit groupe tandis que je descends accompagnée par François qui dame la piste devant moi et Xavier qui porte mon sac, avant de remonter pour une petite dernière à allure soutenue !

Pour Julie, Marine, Fred, Guillaume, c'est atelier DVA et multi-victimes. Antoine, Valentin, Revaz et Bernard vont cacher les appareils tandis que nous montons les sondes et les pelles. Après plusieurs recherches toutes plus fructueuses les unes que les autres, le groupe de Philippe nous rejoint, puis nous voyons deux flèches filer vers les voitures : Xavier et François.

Nous regagnons le parking pour une petite séance d'essayage des crampons sur les monticules créés par les chasse-neige. Tout le monde se prête au jeu. Bien sûr ce n'est pas une école de neige et glace, mais il faut un début !

Concernant le genou : entorse et immobilisation par attelle durant 3 semaines. Je vais me mettre au tricot !

Ont participé ; Revaz, Sylvain, Julie, Guillaume, Marine, Fred, Carine, Alexandre, Antoine, Valentin, Michelle, Xavier et Bernard.

Ont encadré : François, Philippe, Sylvie.