Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Comment en arrive-t-on à renoncer dans nos pratiques ? Depuis quelques années maintenant, à l’examen  de mes sorties programmées et celles exécutées, je me rends compte que les facteurs sont multiples et dépendent souvent de l’état d’esprit dans lequel on se trouve à l’instant de la prise de décision.

Dans un premier temps, la vérité de septembre au moment de la constitution du programme n’est pas souvent celle de la semaine précédant la sortie notamment  pour l’hiver où les conditions nivologiques,  dont  la quantité et la qualité, sont très changeantes en ces périodes de changement climatique, ensuite évidemment les conditions météorologiques peuvent ne pas être satisfaisantes le jour j. Ces facteurs nous ne les maitrisons pas et on ne peut que constater et s’adapter.

Ensuite la constitution du groupe peut influer sur la décision de faire  ou ne plus pouvoir faire, la méthode 3 par 3 en particulier sur le facteur humain en est  primordiale même si météo et observation du secteur ne doivent pas être négligées. L’aspect groupe est le facteur qui, d’après moi, va dicter le choix avec dans un premier temps la réaction au vu des conditions, itinéraire « plaquée », analyse du BRA, pente raide, comment réagit mon groupe à la vision de ces observations. Depuis quelques temps déjà je mets un peu de ces questionnements auprès de mes participants dans mes sorties, choix de l’itinéraire, observation de la carte, rapport de celle-ci au terrain, observation du manteau neigeux, ces questionnements sont plutôt techniques et permettent d’échanger, par contre la part facteur humain c’est l’encadrant qui doit la gérer, c’est de sa responsabilité.

Alors pourquoi parler de çà sur un compte rendu ? Et bien parce que je trouve que cela revient trop souvent dans mes sorties ; certes, ce week-end, dès le samedi, le bris d’une fixation a précipité la décision de renoncer à l’objectif initial, déjà modifié au vu de l’orientation de la pente soutenue que nous aurions du emprunter (Col d’Aoube) pour accompagner à vue notre compagnon mal fortuné suffisamment loin avant de reprendre l’activité. Mais finalement ce fût un mal pour un bien car cela nous aura permis de pratiquer un peu de ski sur des pentes plus raides qu’à l’accoutumée tant à la montée qu’à la descente, le vallon d’Aoube et particulièrement le versant Ouest de La Bonida terrain particulièrement propice , activités m’ayant permis de mieux évaluer le « niveau » de mes compagnons, forcément technique mais également « moral » par rapport à la pente, évaluation importante pour entreprendre l’activité Couloir.

Le lendemain le couloir Sud du Pic du Tourmalet était au programme, Rémi ayant fait réparer son ski, tout allait pour le mieux, apéritif sympathique, on regarde de nouveau le topo C2C, repas manquant de relief néanmoins mais c’est compliqué pour tout le monde nous n’étions que 8 pour un gîte pouvant accueillir 100 personnes !?

Réveil à 6 h 30, petit déjeuner sans café (grrrr !!!) mais on part quand même, motivés comme jamais, nous nous retrouvons seuls sur le parking de Tournaboup, c’est tôt et c’est très bien, en fin de journée ce ne sera pas la même musique.

A 8 ça va vite (les préparatifs, pas moi), sortie autonome oblige, nous remontons la route de Superbarèges avec une petite pellicule bien fine de neige sur un manteau durci par le regel nocturne, nous nous engageons ensuite vers le Plat de Monhaillat, itinéraire allant vers le vallon d’Oncet, puis en direction de la cabane de Toue, temps splendide, quelques « collants-pipettes » nous enrhument, moi cela ne me dérange pas, j’ai passé l’âge de me formaliser pour ça. Nous faisons un arrêt au rocher significatif du Plat pour enfin observer la suite de l’itinéraire, de loin c’est inquiétant car nous voyons bien deux avalanches de plaques récentes au niveau de l’itinéraire que nous devons emprunter et ce sur des pentes suffisamment raides pour nous faire réfléchir. Réfléchir, on le fait, pas très longtemps, un des participants s’interroge également, je le sens et le comprends, Marie-Loï et moi étudions les possibilités, soit remonter le val d’Oncet et plus si possible, voire le Pic du Midi qui à l’air à côté de là où on se trouve mais c’est trompeur, j’en sais quelque chose, m’ayant été fait avoir une fois dans les mêmes conditions. Finalement nous décidons de descendre vers la station  de Superbarèges en suivant le téléski de Toue, descente durant laquelle nous croiserons 2 groupes, avant-garde de nombreux skieurs qui remonteront cet itinéraire tout le long de la journée ; ensuite ce sera la remontée très rapide pour les jeunes du groupe et un peu moins pour les encadrants dans le vallon de Caoubère pour atteindre les Crêtes de la Pègue en fin de matinée. Vues splendides sur les vallons  d’Aygues Cluzes et autre lac Dets Coubous.

Descente très agréable, petite pellicule de 3 à 5 cm sur un manteau très dur et « orangé » par le vent du Sahara, un peu de jour blanc alternant avec des éclaircies, nous serons de retour aux voitures pour 13 h et pouvoir enfin nous restaurer sur un parking bondé, vacances Aquitaine obligent.

Avons-nous renoncé trop vite, c’est possible. Cela aurait pu passer, possible aussi mais ça je ne le saurai jamais. Cette décision l’aurais-je prise si nous étions hors CAF avec des personnes mieux connus, à voir. Néanmoins je me rends compte que l’âge « aidant » j’ai tendance à douter plus fréquemment, sans doute je n’ai plus cette petite flamme qui m’habitait il y a quelques années, la responsabilité d’un groupe, un état physique moins performant également.

Toutes ces petites choses accumulées influent beaucoup sur mes prises de décision, ces questions sans réponse parfois commencent à me faire douter de mes engagements futurs, certes la retraite étant là le changement de vie me permettra, j’espère, de reprendre  confiance quant la gestion de groupe et les prises de décision.

Ne vous inquiétez pas, je suis revenu du week-end très satisfait de ce que nous avons fait, une météo très satisfaisante au vu des prévisions annoncées, un groupe très sympathique au niveau relativement homogène, de belles montées, de belles descentes et peu de monde sur les secteurs parcourus.

Ont participé : Sophie, Jeff R, Rémi, Nicolas, Frédéric et Pablo

Ont encadré : Marie-Loï et Phil

Lien vers quelques photos :

Jour 1 : https://drive.google.com/drive/folders/17EV0WDnEKt5NRNdOE-tt36t5exR2PlWl?usp=sharing

Jour 2 : https://drive.google.com/drive/folders/1zCAcEtUDch88kbXBu1T6yM_2aQV2kFGo?usp=sharing