Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Un triangle d'or Andorre-France-Espagne ? Ne pensez surtout pas à un quelconque trafic de jambons et autres marchandises suspectes...

Il s'agit juste, en ces moments de neige rare, d'un secteur privilégié pour continuer à pratiquer le ski de randonnée.

J'avais proposé, jeudi soir, une sortie de niveau "initié", avec nuit en cabane. 4 candidats se sont présentés, en toute connaissance de cause : sacs chargés avec duvets, réchauds, bouffe, tapis de sol au cas où les 3 ou 4 matelas ne seraient pas disponibles, en plus, bien entendu, du matériel classique pour une rando à skis.

Départ de Grau Roig, à 2150 m, en Andorre. La neige est là, le bruit et la foule aussi. Nous nous élevons en marge des télésièges ("Eh ! Y'a un télésiège pour monter, ah ah !!"), jusqu'à quitter la station en direction du col Joan Antoni. Quelques conseils sur les conversions ne sont pas de trop pour que tout le monde franchisse avec aisance la dernière pente, soutenue, sous le col.

Derrière, le spectacle est splendide : vue sur le vallon d'Engaït qui s'échappe vers l'Espagne, vue sur les pics de Camp Colomer et Campcardos.

Les premiers virages serpentent dans une neige de printemps décaillée à souhait. Heureusement, car les techniques mises en oeuvre pour tourner sont parfois un peu... sommaires.. Enfin, ça tourne et ça descend, c'est l'essentiel.

Une descente assez brève, finalement, car il faut remonter à la Porteilla Blanca d'Andorra, exact point frontière entre Andorre, France et Espagne. Notre Mont Dolent, en somme !

Il s'agit maintenant de descendre le vallon du Campcardos, direction est. Le vallon est enneigé, mais plus nous avançons, et plus il est évident qu'il faut rester en versant nord, les versants sud sont maintenant de plus en plus secs !

Moyennant un court déchaussage, nous parvenons à skis à la cabane du Campcardos. Petite cabane, avec une table et des bancs en métal, et 4 bats-flancs en métal, dont 3 seulement équipés de matelas. Nous avons bien fait de prendre des tapis de sol ! 

Avec Cécile et Pascal, nous remettons les peaux pour faire une courte explo vers le vallon dominé par la Peiraforca. Juste quelques centaines de mètres, histoire de finir l'après-midi en beauté. Nicolas et Guilhem gardent la cabane, et s'activent déjà pour l'eau et le bois.

Bientôt, c'est autour d'un poêle où brûlent quelques bûches que nous dînons et discutons. Dehors, un ciel étoilé nous offre un spectacle de toute beauté, qui a suivi un coucher de soleil non moins éblouissant.

Nous dormons du sommeil du juste, à défaut d'un sommeil profond. Il fait déjà jour quand j'ouvre un oeil. Il serait peut-être temps de partir, si nous voulons rentrer à une heure raisonnable, après un beau parcours de retour.

Nous remontons le long vallon du Campcardos, jusqu'à un sommet côté 2603, proche de la porteille d'Andorra. Vue imprenable sur la Muga, la Tossa Plana de lles, la Tosseta Vallcivera. On a aussi en point de mire le col de la Menera, par lequel nous reviendrons côté Grau Roig, et, à l'opposé, le Canigou et la Cerdagne.

Une première descente au soleil nous mène dans le vallon d'Engaït, pour un pique-nique bien mérité. Il fait maintenant assez chaud, même pour un mois d'avril. Ah, nous sommes en février ??

Cette ultime montée permet de travailler la trace en neige molle, en évitant que les skis ne "chassent". Le col est sec, mais le vallon derrière est bien enneigé. Un splendide vallon suspendu, un de mes préférés, à la sortie duquel, en balcon, on rejoint la station et... le bruit et la foule.

Fin de la boucle, à une heure très raisonnable (15h15). Et malgré cela, nous nous "taperons" les bouchons entre la sortie du Pas et le poste de douane.. 

Quelques photos :

https://photos.google.com/share/AF1QipO57sQXOJFt8pNiY8QNsyJJLZ0IzNjJboVyoKomgQkl7h2iBgB8iY2BcG6x0F4MdA?key=Y3MzTWZJS242UVBjTVZCbm1GaUNTY2ZpT21QM0hB