Avalanche du Turon du Néouvielle le 15 mars

Plus d'informations
il y a 4 mois 2 semaines - il y a 4 mois 2 semaines #993 par bserraz
Retour sur l'avalanche du Turon du Néouvielle qui a fait 2 victimes du club du CE d'Airbus ce 15 mars
2 groupes du club étaient sur site.
2 comptes rendu factuels.

Restons humbles ? Qui peut dire qu'il ne se serait pas fait prendre.
Quand aux commentaires, respectons le chagrin des familles
BS

CR Avalanche Groupe Marie-Loï et Phil.
Sortie Autonome sur 2 jours
1° jour : Départ Tournaboup, montée au Pic de Madamète par les lacs Dets Coubous, descente par le vallon, remontée à la Hourquette de Mounicot, descente sur le refuge de LazGlère
2° jour
Itinéraire emprunté : Refuge de la Glère, Lac det Mail, Lacs Vert, puis Glacier de Maniportet, croupe menant au Turon puis Turon de Néouvielle
Descente par le même itinéraire jusqu’au lac de la Mourelle puis remontée vers la Hourquette de Mounicot et enfin parking de Tournaboup.
Au vu du BERA du 65 qui annonçait un faible risque sur les pentes Nord, j’avais décidé d’emprunter cet itinéraire pour éviter les crêtes et croupes dures voire déneigées du secteur plus à l’Ouest, d’autant plus que la sortie s’adressait à des pratiquants Autonome, capable de gravir des pentes raides en neige dure et surtout capable de bien respecter les consignes de prudence inhérentes à ce type d’activités.
Précisions : notre groupe a effectué la sortie sans aucune difficulté tant à la montée qu’à la descente, la seule inquiétude a été quand nous avons entendu les hélicoptères qui survolaient le site alors que nous étions déjà à la Hourquette de Mounicot ; en aucun cas nous avons été acteurs ou témoins de l’accident.
De ce que je me souviens, la trace approximative. Au début elle est encore apparente.

A la montée, nous sommes passés bien à gauche pour rejoindre le pied du rocher apparent, ensuite en rouge on a effectué un s pour atteindre un couloir qui était très dur (neige dure) à remonter, un par un on a été obligé de traverser vers la droite sur la croupe, zone très pentue qui a été une épreuve pour certains (vide en dessous) mais j’étais très proche au dessus pour les sécuriser. 2 d’entre nous ont mis les crampons pour remonter la pente sans aller sur la croupe.
A la descente (en jaune), nous sommes descendus un par un en traversant la pente vers la gauche pour éviter la rupture de la pente de droite qui était pourtant très tentante avant l’avalanche.
Je ne donnais l’ordre qu’une fois le skieur précédent arrivé au moins à 150 m du départ dans une zone protégée
L’avalanche s’est déclenchée au niveau de la jonction entre le glacier de Maniportet et la pente sommitale du Turon de Néouvielle au niveau des pentes Nord du Pic des 3 Conseillers



Compte rendu de Nicolas Sans


Ce dimanche, nous sommes montés au Turon de Néouvielle en partant du refuge de la Glère.
En approche des lacs de Maniportet, le groupe de Philippe Feix me précédant choisit de remonter l’ancien glacier de Maniportet pour être à l’abri du vent, alors que nous choisissons de prendre la voie classique par la crête au-dessus du lac glacé, ce qui rallonge un peu.
Philippe arrive au sommet avant nous, ayant gardé les skis, alors que nous chaussons les crampons pour parcourir la crête et la pente sommitale.
Nous prenons le temps pour la pause déjeuner, surtout qu’il y a du monde au sommet, dont un groupe du CE d’airbus.
Philippe redescend assez tôt par le même itinéraire en prenant soin de passer un par un dans la pente raide qui amène à cet ancien glacier (consigne qu’il avait déjà appliquée à la montée). La prudence est de mise même si le BERA n’indiquait pas de risque particulier dans ce secteur : « En secteurs Nord, le manteau neigeux devrait rester croûté et peu sensible aux surcharges, même fortes. »
Nous voyons aussi le groupe d’Airbus prendre le même chemin.
Nous prenons encore le temps car un de mon groupe partit rechercher un couteau qui avait glissé malencontreusement lors du chaussage des crampons.
Nous commençons alors la descente par le même itinéraire que les autres groupes.
Arrivés au départ de cette pente raide, nous comprenons rapidement que toute la pente de neige était partie et que des gens se sont fait prendre en dessous.
En discutant à distance avec des gens en raquette qui étaient remontés pour porter secours, nous comprenons que l’alerte avait été donnée et les recherches en cours par les gens sur place.
Ne voulant pas rajouter un sur-accident et ne pouvant intervenir directement, nous remontons vers le sommet et descendons par la crête que nous primes à l’aller.
Nous voyons l’hélicoptère des gendarmes puis de la sécurité civile intervenir.
Arrivés sous les lieux de l’accident, nous discutons avec un des ‘secouristes’ en raquette qui nous apprit que 2 personnes avaient été sorties inconscientes et dont une était en arrêt cardio-respiratoire et se faisait masser.
Nous rentrons alors, choqués mais vigilant, par la hourquette de Mounicot vers le parking de Tournaboup où nous étions garés.
Nous appelons alors Philippe pour lui donner des nouvelles et partager ce terrible accident.
Nous apprenons ensuite par voie de presse que 2 personnes du CE d’airbus étaient effectivement décédées dans cette avalanche.
Nicolas Sans
Initiateur ski de randonnée

Pièces jointes :
Dernière édition: il y a 4 mois 2 semaines par bserraz.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: alfred47

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 mois 2 semaines #997 par remiboulle
Vraiment merci beaucoup pour ce CR. Ayant suivi les deux jours ANENA, j'en ai profité pour me "mettre en situation" en préparant cette même sortie dans ces mêmes conditions. Certes j'avais la "correction" mais justement c'est très formateur. Risque 1 évoluant vers 2 j'en reviens toujours pas. Quelle tristesse...

Penses-tu que les sacs airbags soient une bonne chose ? j'ai un peu entendu tout et son contraire à leur sujet.

Merci.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 mois 2 semaines - il y a 4 mois 2 semaines #998 par bserraz
Je suis équipé en airbag depuis sept ans et je l'emmène quasiment à chacune de mes sorties sauf quand c'est risque 1 ou 2 et lors des raids où le poids est un élément handicapant. Je n'ai jamais eu l'occasion de m'en servir sauf une fois mais j'avais égaré la poignée de déclenchement la veille. Donc je n'ai pas pu tester le système en vrai. (pour la petite histoire, comme j'ai déclenché la plaque j'ai pu rapidement m'accrocher et ne pas partir avec elle).
Est-ce une bonne chose ? C'est à voir.

Ce qui est clair c'est que quoi qu'on en dise, cela a un effet désinhibiteur dans la prise de décision.

Quand il faut prendre la décision y aller ou pas, le fait d'avoir un airbag vous incite à repousser le seuil de renoncement.

Néanmoins, même avec un airbag dans le dos, j'ai plusieurs fois renoncé quitte à perdre une ou deux heures.

Le second élément à prendre en compte, c'est que je ne connais pas d'experts qui ne se soient pas fait prendre (sans forcement être enseveli).
Donc, à partir du moment où vous avez un gros volume de sortie dans l'année, sur plusieurs années, à un moment ou un autre, quelque soit votre niveau d'expertise et de prudence, vous risquez d'être pris. L'airbag permet d'en diminuer les conséquences funestes.

Néanmoins, l'airbag ne protège de l'ensevelissement que dans certains cas de figures. Si l'avalanche s'accumule dans un creux ou un talweg, vous serez enseveli.
Par ailleurs si l'avalanche vous fait sauter des barres, vous serez polytraumatisé et éventuellement enseveli au pied de la barre.
Enfin, pour des avalanches en neige lourde que l'on voit au printemps et qui emmènent l'ensemble du manteau, l'airbag risque d'être d'une faible efficacité vu la masse des blocs de neige charriés.
Pour mémoire, le principe de l'airbag est de vous donner une granulosité suffisante pour que vous vous mainteniez grâce au mouvement sur le dessus de l'avalanche. Si un grand nombre de blocs sont plus gros que vous, vous passerez dessous, ce qui est le cas dans les avalanches de fonte (gros blocs de neige compacte).

L'achat d'un airbag reste donc une décision qu'il faut longuement murir. J'aurais tendance à le déconseiller aux novices, et même à ceux qui commencent à encadrer car je le répète, l'effet désinhibiteur est incontournable.

D'ailleurs, même quand ce n'est pas moi qui conduis la sortie, dès lors que j'ai un airbag et que nous sommes devant un passage suspect, les encadrants m'incitent à passer devant... ce que je fais bien volontiers.
Pièces jointes :
Dernière édition: il y a 4 mois 2 semaines par bserraz.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 mois 1 semaine - il y a 1 mois 6 jours #1022 par alfred47

L'achat d'un airbag reste donc une décision qu'il faut longuement murir. J'aurais tendance à le déconseiller aux novices , et même à ceux qui commencent à encadrer car je le répète, l'effet désinhibiteur est incontournable.

D'ailleurs, même quand ce n'est pas moi qui conduis la sortie, dès lors que j'ai un airbag et que nous sommes devant un passage suspect, les encadrants m'incitent à passer devant... ce que je fais bien volontiers.


et qu'en est-il de votre expérience
avez-vous déjà eu une chance ou été dans une situation où vous savez que sans le sac, vous êtes mort ?
Dernière édition: il y a 1 mois 6 jours par alfred47.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.448 secondes